Logo ARS


Structuration de l'offre

La région Nord Pas de Calais a la chance de bénéficier déjà d’une forte mobilisation des acteurs sur le champ de l’éducation thérapeutique : les professionnels de santé de premier recours représentés par les URPS, la Fédération Régionale des Maisons et Pôles de Santé, les réseaux de santé, les établissements de santé, les centres de santé, les associations de patients et les régimes d’assurance maladie. Bilan de la campagne d’autorisation au 31 octobre 2011.

Les niveaux d'offre d'ETP

L’offre d’ETP est aujourd’hui concentrée dans les établissements de santé. L’ARS encourage toutefois le déploiement de programmes d’ETP dans les soins de premier recours tel que le prévoit la loi HPST, dans la perspective de développer une offre de proximité. Ainsi, le SROS – dans son volet spécifique à l’ETP – prévoit une offre d’ETP selon 3 niveaux dans un logique de complémentarité :

Une offre d’ETP en ville de 1ère intention et de proximité dispensée par les professionnels de premier recours et qui s’adresse aux malades chroniques non compliqués et relativement stabilisés (notamment dans le cadre de pathologies fréquentes comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et respiratoires).
Conformément à la loi HPST, elle doit faire l’objet d’un déploiement important afin de proposer une offre d’ETP de proximité, laquelle se substituera progressivement aux offres d’ETP de premier recours déployées jusqu’alors par des structures de soins de second recours telles que les réseaux et établissements de santé ;

Exemple : obésité : un programme d’ETP dispensé par une équipe multidisciplinaire de 1er recours (médecin, infirmier, diététicien, psychologue, professeur d’activité physique) dès le repérage du surpoids ou de l’obésité de degré 1 dont l’objectif est d’identifier les causes de la prise de poids afin de l’endiguer et d’accompagner le patient dans le changement de comportements afin d’éviter les complications liées à l’obésité. 

Une offre d’ETP de deuxième intention par les équipes de coordination des réseaux de santé ou structures intermédiaires pour les malades chroniques complexes  (pluri pathologies, complications médicales et/ou psychosociales) ;

Exemple / obésité : prise en charge par les réseaux de santé des patients obèses de degré 2, en coordination par le médecin traitant. Il s’agit de proposer un projet individuel personnalisé : remise à l’activité physique, éducation alimentaire, suivi psychologique.

Une offre d’ETP à l’hôpital pour les prises en charge lourdes et spécialisées (2ème et 3ème recours) et les pathologies rares (prise en charge dès le 1er niveau).

Exemple : obésité : programme d’éducation thérapeutique pour les patients présentant une obésité sévère pour lesquels un traitement chirurgical est requis. Il s’agit de préparer le patient, d’une part, à l’intervention chirurgicale : choix de la technique, changements de comportements induits par la chirurgie (alimentation, pratique d’une activité physique, …), accompagnement psychologique, … et, d’autre part, à la vie après la chirurgie.